A nous de vous faire préférer le train.

Sur le papier, c’était écrit ça :

Ca se présentait plutôt bien. Mais:

Samedi 18 décembre 2010 :

02h50 : Bon, allez, au lit. Dehors, toujours de la neige qui tient mais pas de flocon en vue. Hop hop je dors trois heures et hop hop dans quelques heures je suis en France.

06h00 : Déjà?

06h15 : Sortie de douche, ouverture des volets.

06h25 : Appel du taxi.

06h40 : Arrivée du taxi. Contre 3 minutes en temps normal.

06h50 : Arrivée chez Gaëlle.

06h54 : Merde, tes escaliers sont verglacés. Merde, ta valise pèse 23 kg. Merde, t’habites au 2ème étage.

06h58 : Bon, on va à la gare, m’sieur le chauffeur.

07h00 : Gaëlle : « Merde, j’ai oublié mon portefeuille ».

07h02 : Gaëlle : « Ah non, c’est bon, je l’ai ».

07h08 : Arrivée à la gare.

07h11 : Bonjour, deux tickets pour Budapest s’il vous plaît. Oui, le train de 7h14, pourquoi?

07h14 : Dans le train.

07h14’01 : Départ du train.

07h14’02 : Ben dis donc, ça s’arrête pas de neiger.

07h30 : ZzzZzzz

08h30 : Tiens, il neige toujours?

08h31 : ZzzzZzzzz

10h05 : Budapest Déli. Attention, ça glisse.

10h11 : Le métro, c’est par là.

10h13 : Ah non, en fait, c’est plutôt par là.

10h14 : Descendre deux fois 20 kilos sur un escalié verglacé, c’est une expérience à vivre au moins une fois dans sa vie.

10h45 : Tiens ici aussi, il neige.

11h00 : « Budapest Ferihegy repülötér, terminal egy / Budapest Ferihegy airport, terminal one »

11h02 : Paris Orly, 14h45, à l’heure.

12h45 : Enregistrement des bagages.

12h50 : Parly Orly, 14h45, à l’heure.

12h52 : Passage de la sécurité.

12h57 : Euh, vider tout mon sac pour 10 cl au fond d’une bouteille d’eau, c’était vraiment nécessaire?

13h01 : Paris Orly, 14h45, départ 16h00.

13h30 : « En raison des conditions climatiques, l’aéroport international de Budapest suspend les atterrissages et décollages  jusqu’à 16 heures. »

13h40 : « Blablabla [hongrois] blabla Paris Orly blablablabla. Due to the bad weather, the flight to Paris Orly is cancelled. Blablabla. »

14h15 : Bon, ma valise est toujours là.

14h25 : Euh, attends, tous les gens là, ils attendent pour le même guichet?

14h17 : « Ah, vous aussi vous êtes français? »

15h30 : Ah? Pas de vol avant mercredi 22?

16h30 : Ah? Pas de vol avant jeudi 23? Et s’il neige le 23?

18h00 : Gare de Budapest Keleti. Mais, il est où ce guichet international?

18h45 : Bon là, j’avoue que j’ai préféré lâcher l’affaire et laisser un oeil trainer sur les bagages. Mais si j’ai bien trop compris, un billet pour Paris, c’était pas possible. Et le train de nuit pour Munich du soir, il était pas accessible pour nos bourses étudiantes.

18h53 : Bon OK, on prend le billet pour le Budapest-Munich de demain soir.

19h04 : Burger king, ça va pour tout le monde?

20h00 : Là on remarque que la solidarité en temps de crise, ça a du bon. Hé oui, logés par des étudiants normands à Budapest!

20h30 : ZzzzZZZZZzzzzz. Fin des hostilités.

Dimanche 19 décembre 2010

13h00 : Debout? Déjà?

14h10 : Gaëlle : « merde mon portefeuille ».
Note de la rédaction : Cette fois c’était pour de vrai. Pour ne pas remuer le couteau dans la plaie d’une fidèle lectrice, je n’en rajouterai pas plus. 😉

20h30 : Dans le train, direction München! Pour rejoindre Paris depuis Munich? On verra bien! Il y’a un départ à 6h30 pour Stuttgart, puis là bas un train pour Paris. Oui, on arrive à 6h15. Mais courir, c’est bon pour la santé.
Note de la rédaction (bis) : A part dormir, on a pas fait grand chose. Je pourrai vous détailler les innombrables réveils « Ah on est à Györ? Zzzz. Vienne? Zzzzz. Salzburg? Zzzzz. », mais je doute que cela soit d’une importance majeure.

Lundi 20 décembre 2010

06h12 : Arrivée à München Hauptbanhof.

06h13 : Quoi? Un TGV français sur le quai d’en face? Ah? 6h20? Bon, on l’aura pas.

06h14 : Course

06h15 : Le guichet pour acheter les tickets ouvre à 7h00. Ah.

06h16 : Information de la gare : « Bonjour, on voudrait aller à Paris le plus vite possible, on fait comment? » « Ben, montez dans le 6h20! »  » Sans ticket? » « Achetez le dans le train ». Ils sont cools, ces allemands.

06h17 : Course

06h18 : « Vous parlez franaçais? » « Oui » « On peut monter et acheter le ticket dans le train? » « Oui » « Ca va pas nous ruiner? » « Non »

06h19’59 » : Tout le monde a les deux pieds dans le train?

06h20’00 » : (en français) « Notre TGV à destination de Paris Est va partir, prenez garde à la fermeture automatique des portes, s’il vous plaît ».

Voilà, tout est bien qui finit bien, n’est-ce pas?

Mes popains lyonnais, toujours là quand il faut!

Au fait Patrick, on voit très bien que tu es sur la pointe des pieds.

Je vous entends faire des remarques pas très gentilles alors voilà : les horaires sont donnés à titre indicatif et dépendent de ma perception du temps, somme toute relative. Merci de votre compréhension. =)

Publicités
    • Louise
    • 24 janvier 2011

    muhahahaha! 🙂

    • Ninès
    • 27 janvier 2011

    tout est bien qui fini bien 😀

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :